DOIT-ON AVOIR PEUR DES MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES ?

Un traitement est prescrit par un médecin pour soulager une souffrance; dans le cas des psychotropes, il s’agit de médicaments agissant sur le psychisme pour améliorer un dysfonctionnement mental. Ces médicaments agissent sur la biochimie du cerveau, en augmentant ou en diminuant des médiateurs chimiques, rétablissant ainsi leur équilibre, mais pouvant selon les cas entraîner des effets indésirables.

Ces traitements sont utiles dans de nombreuses situations. Ils sont une nécessité dans les maladies mentales chroniques telles que la schizophrénie, les troubles bipolaires ou les dépressions graves. Ces maladies ayant un effet dévastateur sur les personnes qui en sont atteintes, le traitement est dans ce cas salvateur. Il stabilise la personne et assure sa sécurité et celle de son entourage: il redonne ainsi l’espoir et facilite l’intégration dans la société. Ils sont alors prescrits au long court, car leur arrêt peut provoquer une rechute. Les traitements peuvent être également prescrits dans d’autres situations, de courte durée ou de durée plus ou moins longue selon les cas: les dépressions, les troubles anxieux, les insomnies rebelles quand les règles d’hygiène du sommeil ne sont pas suffisantes, pour le sevrage d’un produit ou d’une drogue dans les addictions, ou bien de façon ponctuelle pour aider une personne en souffrance mentale lors des difficultés existentielles générant de gros stress, ou même parfois en  médecine générale en association avec d’autres traitements.

Il existe un grand nombre de produits regroupés par classes (neuroleptiques, régulateurs de l’humeur, antidépresseurs, anxiolytiques, hypnotiques) selon leur niveau d’action et les effets secondaires éventuels qu’ils peuvent produire.

Le choix du médicament se fait en fonction de la maladie mais aussi du patient, de son état de santé général, un traitement associé pris qui pourrait interagir avec le traitement psychotrope, la durée et la dose seront établies et doivent être suivies, le bénéfice attendu sera expliqué, ainsi que les effets secondaires éventuels. Durant le suivi, des examens biologiques et cliniques peuvent s’avérer nécessaires, un accompagnement psychologique est proposé et une réévaluation régulière de l’état du patient est effectuée. Seront revus alors l’effet thérapeutique mais également les effets secondaires.

En effet, des effets secondaires peuvent apparaître. Ils sont variables d’un produit à l’autre, et n’apparaissent pas chez toutes les personnes, il faut les signaler au médecin traitant, car si certains effets secondaires apparaissent au début du traitement,  et diminuent avec la poursuite de la prise, d’autres, peuvent nécessiter, selon les cas, une réduction ou un espacement des doses, voire un changement de traitement.

Les effets secondaires les plus fréquents sont : la sédation,

modification du poids, la prise de poids, les troubles digestifs, les effets sur les émotions et sur l’humeur, des effets neurologiques, et d’autres encore.

Les médicaments psychotropes peuvent faire l’objet de mésusage, voire entraîner une dépendance. Ceci ne concerne pas tous les médicaments psychotropes, le risque d’abus et de dépendance concerne la classe des benzodiazépines (tranquillisants et hypnotiques) et des anticholinergiques (trihexyphenidil..).

Ce risque est lié au prolongement du traitement au delà de son indication, ou à l’augmentation des doses, jusqu’à ne plus contrôler sa consommation, mais ces produits sont aussi consommés en dehors de toutes prescription, détournés de leur usage thérapeutique, ils sont alors consommés comme des drogues illicites.

Cette dépendance doit alors être prise en charge, le produit réduit jusqu’à l’arrêt, ou sera au besoin substitué.

Une observance des règles de prescription est la garante d’un bon usage du traitement.

Les médicaments psychotropes sont au total nécessaires dans de nombreuses situations, aussi bien dans les maladies mentales, que dans certaines situations de crise, où il assure une stabilité au patient qui pourra au besoin profiter d’un autre type de prise en charge telle qu’une psychothérapie.

Ces médicaments, comme tout médicament d’ailleurs, ne sont pas des produits anodins. Ils agissent sur le corps, et dans ce cas sur le cerveau, et peuvent présenter des effets secondaires. Leur consommation nécessite un suivi et une supervision médicale, une bonne connaissance de leurs effets thérapeutiques attendus et des risques éventuels est requise. La prise en charge médicale, par ailleurs, ne se résume pas au traitement psychotrope; celui-ci doit être accompagné d’un soutien psychologique, en assurant une écoute bienveillante, ou en conseillant le patient, en encourageant l’adoption d’une bonne hygiène de vie, d’un bon soutien familial ou de l’entourage, voir orienter vers une psychothérapie spécifique.

Ces mesures vont aider dans le processus de guérison, dans l’acceptation de la maladie, et vont faciliter la réinsertion  de la personne traitée.

– Dr Chikhi

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *